MiST™ Video
Version English
Qualité de l'air dans l'habitacle Qualité de l'air dans l'habitacle Toxines dans l'habitacle Polluants extérieurs
Incidences sur la
santé
Microorganismes Polluants chimiques Ressources
Restauration de la qualité de l'air Traitement Nettoyage et ventilation Filtres d'habitacle
Traitement professionnel Trouvez MiST™ près de chez vous Renseignements importants
Trouvez MiST™ près de chez vous


Est-ce que les consommateurs sont préoccupés par la qualité de l'air à l'intérieur de leur véhicule?
Quel est le pourcentage de conducteurs qui préfère avoir un air non pollué sans contaminants et sans odeur ? Quel est le pourcentage de passagers pour la même question ?

Toute personne qui passe plusieurs heures dans son véhicule préfèrera un air le plus pur possible, n'est-ce pas ? Aujourd'hui, même avec une technologie qui permet d'obtenir un habitacle sans contaminant et sans odeurs, seulement 40 % des véhicules nord-américains sont munis de systèmes de filtration d'air. Ce qui est encore plus intéressant, c'est que les résultats d'un sondage récent révèlent que les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour obtenir ce système.

Le sondage qui a été mené par l'entreprise The Dohring Co., une des entreprises les plus importantes d'études de marché dans le domaine de la vente d'automobiles a démontré que 95 % des répondants sont inquiets des polluants qui se trouvent dans l'habitacle de leur véhicule. Le sondage de The Dohring Co. a été mené sur 1 000 Américains sélectionnés au hasard. La marge d'erreur est de ± 3 %. Les autres résultats du sondage ont également démontré que :

  • 91 % des répondants désireraient que des filtres à air de cabine soient offerts comme équipement de série par les constructeurs automobiles;
  • 83 % des répondants ont affirmé qu'ils préfèreraient que leur prochain véhicule soit équipé d'un filtre à air de cabine;
  • 85 % des répondants sont préoccupés par les effets néfastes sur la santé des gaz d'échappement lorsqu'ils sont au volant et près de 50 % des répondants sont préoccupés par le pollen, les allergènes, les germes, les particules de poussière, les odeurs et le smog;
  • 82 % des répondants ont affirmé qu'ils seraient prêts à payer plus cher pour la valeur ajoutée qu'apporte le filtre à air de cabine.

« Les gens prennent ce problème au sérieux, car ce problème est très sérieux » affirme Peter Adam, vice-président et directeur général, Freudenberg Nonwovens, division de filtration nord-américaine, l'entreprise qui a demandé le sondage.

En tout, il y a entre 6 et 10 fournisseurs de filtres à air de cabine pour l'industrie de l'automobile. Les filtres à air de cabine modernes filtrent l'air entrant par le système de climatisation et réduisent ainsi l'entrée de certains contaminants qui sont responsables des problèmes de santé tels que l'asthme, l'essoufflement, les dommages aux tissus pulmonaires, les cancers, les bronchites, l'emphysème, et la propagation de virus de l'influenza.

L'Amérique du Nord prend du retard face à l'Europe

Saab a été le premier constructeur automobiles à introduire le filtre à air de cabine (installé principalement pour réduire l'entrée du pollen et de la poussière) dans son modèle Saab 900 1979. BMW, Mazda et Ford Europe ont incorporé le filtre à air de cabine à la fin des années 80 alors que Volvo a commencé l'installation de ces filtres en 1993. Aujourd'hui, en Europe, le filtre à air de cabine est pratiquement devenu un équipement de série : 9 véhicules sur 10 fabriqués en Europe sont munis d'un dispositif de filtration. En Amérique du Nord, on parle d'environ 4 véhicules sur 10. En Asie, cela dépend du pays : l'utilisation des filtres à air de cabine est très importante au Japon et en Corée (près de 9 véhicules sur dix). Au Japon, toutes les nouvelles voitures de marque Toyota sont munies d'un filtre à air de cabine alors qu'on ne fait que commencer dans les pays comme l'Indonésie et la Chine.

Il y a plusieurs raisons qui expliquent le retard des É.-U. face à l'Europe dans la percée du marché des filtres à air de cabine. « Les fournisseurs et les constructeurs européens ont commencé à développer le marché des filtres à air de cabine 6 ou 7 ans avant les Américains » explique Willie Yung, directeur général, micronAir filtration chez Freudenberg Nonwovens. « De plus, durant les 3 ou 4 dernières années, les constructeurs américains ont exercé d'énormes pressions pour réduire les coûts de fabrication, ce qui a directement réduit la présence de nouveaux dispositifs comme les filtres à air de cabine. »

Une autre raison majeure de la faible percée du filtre à air de cabine est que les Américains sont moins conscientisés au problème que les Européens, les Japonais et les Coréens. « Dans le sondage de Dohring, seulement 26 % des répondants ont affirmé qu'ils savaient ou croyaient qu'ils avaient un filtre à air de cabine dans leur véhicule » souligne Barry Brewer, directeur de la production, micronAir filtration chez Freudenberg Nonwovens. « Les Européens et les Asiatiques sont plus conscientisés que les Américains, car ils vont tous chez leur concessionnaire pour faire l'entretien de leur véhicule. Le technicien les avise de la nécessité de changer le filtre à air de cabine. En Amérique du Nord, les propriétaires de véhicule ne retournent pas chez leur concessionnaire. Ils ne sont donc pas informés de la nécessité de changer le filtre. En fait, plusieurs propriétaires ne savent pas qu'ils ont un filtre à air de cabine parce que personne ne les a informés lors de l'achat du véhicule ».

Selon Brewer et Yung, peu de constructeurs automobiles en Amérique du Nord, à l'exception récente de Lexus et Honda, font la promotion des avantages des filtres à air de cabine dans leurs publicités. « Les constructeurs européens et japonais sont un peu plus agressifs sur la promotion de leurs systèmes de filtration de l'air », affirme Yung. « En fait, plusieurs normes de santé européennes demandent que les véhicules soient munis d'un système de filtration de l'air. Les normes américaines sont moins contraignantes ».

Brewer explique que les constructeurs nord-américains ne font que commencer à faire la publicité des filtres à air de cabine et de leurs avantages sur la santé. Les concessionnaires y voient aussi une possibilité de loyauté supplémentaire, car les propriétaires devront changer leur filtre année après année. Le changement de filtre est également une source de revenus « facile ». Le prix moyen du filtre à particules se situe entre 25$-35$ et le prix pour le filtre à particules et aux gaz se situe entre 50$-70$.

Par exemple, Brewer possède une Subaru et une Nissan. Dans les deux cas, le filtre à air de cabine était une option. « Le trou pour recevoir le filtre était déjà prépercé et on m'a chargé 50$ pour installer le filtre ». « En Europe, les filtres à air de cabine sont généralement installés sur la chaine de montage ». Il cite un autre exemple avec la Ford Focus, un modèle qui est vendu partout dans le monde par Ford. « La Ford Focus est munie du filtre en Europe, mais vous devez le demander et payer une option aux É.-U. »

« Au Japon, le prix pour le remplacement des filtres à air de cabine a rapidement augmenté au cours des trois dernières années en raison de l'éducation des constructeurs et des fournisseurs de filtres » affirme M. Harada de DENSO.

« Après tout, le concept du filtre à air de cabine n'est pas difficile à vendre en raison des avantages au consommateur » explique Yung. « La filtration de l'air permet également de protéger plusieurs composantes du véhicule. En Amérique du Nord, les constructeurs doivent réaliser que les avantages du filtre vont bien au-delà du prix et que la majorité des consommateurs sont, de toute façon, prêts à payer ».

« Dans toutes les grandes villes du monde, l'attention se resserre sur la qualité de l'air et sur les dangers sur la santé reliés à l'inhalation de particules en suspension » explique Riedel. « C'est une des raisons qui feront augmenter la popularité des systèmes de filtration dans les véhicules ».

« Nous devons continuer à travailler pour conscientiser les consommateurs » affirme Brewer. « Freudenberg travaille sur des articles informatifs qu'il publiera sur des sites Web qui visent les personnes atteintes de difficultés respiratoires et d'allergies. Il s'agit du marché le plus facile pour ce produit. Des estimations révèlent que 50 millions de personnes aux É.-U. éprouvent des problèmes respiratoires. S'ils savaient ce que les dernières technologies peuvent leur apporter, cela serait un très bon départ. 50 millions de personnes qui achètent des produits de spécialité pour améliorer leur qualité de vie ».

Par Carla Kalogeridis, du Filter Manufacturers Council

Le site www.misthealthyair.org est protégé par les droits d'auteurs et est en ligne à titre d'information seulement. © 2008